Une soirée

04/05/2012 01:08

 

 

Mercredi , je me suis réveillée vers 10h du matin, après une nuit pleine de cauchemars (la routine) et d'agitation.

Mon amie Perrine avait gentiment prévu de m'emmener voir un spectacle humoristique, au théâtre de la main d'or à Paris.

Comme à son habitude, elle m'a offert la place et a voulu me changer les idées et que je puisse pour quelques heures oublier mon quotidien monotone et vide.

En me réveillant, j'ai fait une crise d'angoisse monumentale que je ne m'explique même pas...Ca m'a fait très peur, j'avais l'impression d'étouffer, qu'on me voulait du mal et qu'il fallait que tout s'arrête.

Impossible de me raisonner, impossible de me calmer, c'était juste irréel.

La seule pensée c'était: mais qu'est-ce que je fous là?

Ma voisine de palier qui a 86 ans a sonné pour prendre de mes nouvelles et elle a vu tout de suite que ça n'allait pas.Elle m'a caressé la joue en me disant que j'étais une bonne personne et qu'il fallait que je prenne soin de moi.

Je lui ai offert des roses aujourd'hui pour la remercier d'avoir pris de mes nouvelles et ça l'a beaucoup touchée.Les gens nous sont parfois envoyés au bon moment, ... parfois.

 

J'ai mis de la musique triste (quand je vais mal j'écoute de la musique triste, allez comprendre pourquoi! un peu comme ces ados quand elles vivent leur premier chagrin d'amour et qu'elles se repassent en boucle des chansons qui parlent, ben de chagrins d'amour :-)...Ca aussi j'y ai eu droit quand j'étais ado).

J'avais envie d'appeler mon amie et de lui dire que sortir, aller jusqu'à Paris, voir du monde me demanderait trop d'efforts, mais je ne l'ai pas fait par respect pour elle, pour sa gentillesse et pour ne pas la blesser ou la perdre (déjà que le vide se fait peu à peu autour de moi).

J'ai dormi un peu, et puis je me suis forcée à me préparer, me maquiller, pour sortir.

J'ai attendu mon amie sur le quai glacé du rer B pendant près de 40 mn (pas de chance, son bus a eu des problèmes) et je n'avais qu'une seule envie, rentrer à la maison.

Les gens passaient et me dévisageaient, à cause de mon style probablement ou de la couleur de mes cheveux, ou peu importe pour quelle raison et ça me rendait de plus en plus nerveuse et irritable.

On vit dans un pays où la différence est difficilement acceptée et où il faut se fondre dans la masse.

A ce moment là, j'aurais voulu pouvoir me fondre dans la masse et à chaque rer qui passait, je me parlais intérieurement pour me donner du courage et rester, ne pas céder à la lâcheté, à la peur.

Ca peut paraître totalement ridicule pour la plupart des gens qui fonctionnent "normalement", qu'une sortie relève de l'exploit pour moi, hélas c'est devenu le cas.

Mon amie a fini par arriver.

Elle était fatiguée elle aussi, mais pour de bonnes raisons, parce qu'elle venait du travail et avait galéré dans le bus, et je me suis dit qu'elle avait fait cet effort pour moi en grande partie et que c'était bon de ne pas être totalement abandonnée.

Nous avons fini par arriver au théâtre et j'ai commencé à me détendre (un mojito aidant, je l'avoue...une fois n'est pas coutume et je l'avais mérité après une journée merdique).

Le spectacle était celui d'Olivier Giraud: "how to become a parisian in one hour ?"...

Un spectacle totalement en anglais mais totalement compréhensible et surtout, drôle du début à la fin.

Je vous recommande vivement cet artiste et je vous encourage à aller le voir, parce que plus qu'un humoriste, c'est un excellent acteur, mime, et il a su me redonner le sourire pendant une heure, me faire quitter ma peau terne et triste et me faire voyager.

Voci le lien vers son site où vous aurez toutes les infos, allez le voir, vraiment ! : http://www.oliviergiraud.com/oliviergiraud.html

 

Au départ personne n'a cru en lui et il lui a fallu des années pour monter son spectacle.

Lorsqu'il en parlait aux directeurs de théâtre, ils le prenaient pour un fou et lui disaient qu'un spectacle tout en anglais ne marcherait jamais en France...Comme ils ont eu tort.

Il a donc crée sa société de production (respect) et s'est lancé pour vivre son rêve et il a réussi...

Je ne peux qu'admirer ça, dans un pays où la phrase la plus fausse qui soit est "impossible n'est pas français"...Tu parles...Impossible est surtout français.

Je tiens à remercier mon amie qui m'a une fois de plus prouvé qu'elle tenait à moi, qu'elle pensait à moi et qu'elle était là pour moi.

Quand on va mal, on devient encore plus sensible au moindre geste envers nous, ou à la moindre ignorance...

L'amour et l'amitié nous tiennent en vie, sont notre oxygène et on vit dans la peur de les perdre, à cause de notre état, et ça accentue nos angoisses, etc, etc...

Quand on va mal au point de ne plus se reconnaitre, d'avoir peur de soi-même, on oublie qu'on est aimé, qu'on est "aimable" dans le sens propre du terme.

Merci à ceux qui apportent de la lumière dans toute cette noirceur, mon amour et mes amis de coeur.

 

Ma mère va arriver samedi...Elle va rester quelques jours.

Je suis heureuse de la voir, de la serrer dans mes bras, mais je suis aussi angoissée parce que j'ai peur qu'elle me fasse trop de remarques, qu'elle scrute tout: pourquoi tu ne manges plus? tu ne prends plus de médicaments j'espère !...Il faut te reprendre, tu es forte !...bref, il va falloir que je remette mon masque de fille modèle et que je prenne sur moi, que j'avale au plus profond de moi les crises, les angoisses, l'envie de partir qui tourne en boucle dans ma tête, pour ne pas l'inquiéter, ne pas lui faire peur, ne pas la rendre malade, car elle est tout pour moi et je suis tout pour elle.

C'est ça la difficulté d'une relation fusionnelle, et elle l'a toujours été, car elle a été mon seul parent, ma meilleure amie, toute ma vie...et parfois, ma meilleure ennemie :-)

Etouffante et essentielle.

 

Ce soir il y avait un documentaire très intéressant sur Arte (une des rares chaines intéressantes de toute façon), sur un hôpital de jour (enfin, je ne sais pas si on peut appeler ça hôpital).

Des personnes en grande souffrance morale, en dépression ou ayant des pathologies plus "grâves" y sont reçues pour des soins, mais aussi des activités, de l'attention, par une équipe patiente et dévouée.

Il y avait un peu de tout, des gens plus atteints que d'autres mais malgré tout capables de réflexion et de lucidité quant à leur état.

J'ai trouvé ce documentaire très touchant et ces personnes passionnantes...Il y avait 2 artistes aussi, un vieux musicien et un "manieur de mots" qui s'exprimait parfois d'une manière chaotique mais tout prenait un sens malgré tout et était bien tourné...Un vrai personnage.

Tout ce mal-être je l'ai compris et ressenti tellement fort! Il y a quelques années de cela, je ne me serais pas sentie proche de ces personnes, elles m'auraient peut-être même un peu effrayée, mais aujourd'hui, j'arrive à voir en elles et comprendre leur façon de raisonner, de penser, de vivre les choses, de subir les choses.

La douleur rend humble, et rend plus humain...C'est en tout cas la leçon que je tire de ces dernières années.

J'avance au jour le jour, et je fais un peu comme je le sens, parce que bizarrement, je n'ai plus peur de la mort mais il y a encore des choses que j'aimerais achever...artistiquement surtout...alors ça me rassure un peu.

Il y a juste la douleur intérieure parfois trop intense et sans raison valable, et les migraines à répétition que j'ai beaucoup de mal à supporter et qui font de certaines de mes journées ou nuits un vrai calvaire, un enfer.

 

Quoi qu'il en soit, une soirée hors de ma tête, hors de ma non vie, au coeur de la vie, m'a fait du bien et je voulais l'écrire.

Evidemment, comme l'effet des drogues, l'euphorie retombe le lendemain, mais c'était déjà ça de pris.

Je suis encore en vie.

Bonne nuit

 

 

Une soirée

...

XiXoune | 05/05/2012

Coucou, je vais checker cet Olivier Giraud en effet le pari de l'anglais est osé...tu as du courage de dire tout ce que tu ressens, c'est dur mais plus tu vas ressortir moins ca sera dur.... ps bon week end avec ta mère.... gros bisous;)

Re: ...

girl behind the mirror | 05/05/2012

merci ma titoune.Je t'aime fort.Gros bisous

Nouveau avis