Une salle de prière fréquentée par la communauté musulmane à Ajaccio a été "partiellement" détruite

09/04/2012 16:47

 

Une salle de prière fréquentée par la communauté musulmane à Ajaccio a été "partiellement" détruite dans la nuit de dimanche à lundi. C'est un incendie raciste, assure le ministère de l'Intérieur. Une salle de prière fréquentée par la communauté musulmane à Ajaccio a été "partiellement" détruite dans la nuit de dimanche à lundi, ont indiqué le parquet d'Ajaccio et le ministère de l'Intérieur.

"Des inscriptions à caractère raciste ont été découvertes sur la façade de l'immeuble qui abritait ce lieu de culte", détaille le ministère dans un communiqué. Un cercueil a été également dessiné sur la façade. De son côté, le parquet d'Ajaccio indique qu'une fenêtre de ce local de prière du centre-ville "a été cassée, des barreaux forcés et un produit inflammable a été répandu puis allumé".

Le ministre de l'Intérieur, Claude Guéant, s'est dit "très attentif à ce que la communauté musulmane ne soit pas stigmatisée et a demandé aux services d'enquête de tout mettre en oeuvre pour identifier rapidement les auteurs de cet acte afin de les mettre à disposition de la justice". L'enquête a été confiée à la DIPJ d'Ajaccio.

En 2011, 155 actes islamophobes ayant fait l'objet d'une plainte ont été dénombrés par l'Observatoire contre l'islamophobie en France, soit une augmentation de 34% par rapport à 2010, selon son président Abdallah Zekri. Parmi eux, 38 concernent des "actions" (attentats, tentatives d'attentats, dégradations) et 117 des gestes menaçants, des insultes ou des inscriptions à caractère raciste.

Abdallah Zekri doit par ailleurs porter plainte jeudi pour une dizaine de lettres de menaces et d'insultes reçues par le Conseil français du culte musulman (CFCM), dont l'Observatoire contre l'islamophobie est une émanation.

Une salle de prière fréquentée par la communauté musulmane à Ajaccio a été "partiellement" détruite

Aucun message nʼ a été trouvé.

Nouveau avis